Afro-culture,  Roman

Mon premier Roman Camerounais : Le Clan des femmes

Pour cette rentrée , je me suis donnée comme objectif de lire au moins 1 livre par mois. J’avais déjà l’habitude de lire mais plus de façon régulière ces dernières années. C’est tout naturellement (à cause de mon origine) que je me suis tournée vers un roman camerounais  pour débuter mon challenge.

 

 

Recit

Sarah est née dans un village au cœur de la savane, miraculeusement préservée des changements qui bouleversent l’Afrique en ce début de XXe siècle. A sa petite fille qui l’interroge, elle raconte sa vie : mariée à neuf ans à un ami de son grand-père, Sarah est enceinte à peine pubère et grandit en tant qu’épouse dans un foyer polygame. Au fil des pages, on découvre Sarah confrontée aux limites que la société lui impose, aux prises avec l’amour, obsédée par son désir d’enfants. Une femme d’hier et d’aujourd’hui, une femme qui avance,tout simplement.

 

Le clan des femmes est un roman écrit par Hemley Boum en 2010 dans lequel elle partage avec ses lecteurs la vie de sa grand mère dans une époque très lointaine et différente de la nôtre. Le témoignage de sa grand mère nous fait plongé dans une époque où les mariages précoces , les foyers polygamiques étaient très présents dans la société camerounaise. Où les femmes n’avaient pas droit à la parole lorsqu’elles perdaient leurs conjoints et étaient  reparties plus tard entre les enfants du défunt en fonction de leur capacité à procréer. Aussi , une époque où l’harmonie , l’entraide , les moments de joie  entre femmes se partageaient dans les champs et à la rivière. 

 

mon-premier-roman-camerounais-le-clan-des-femmes

 

 

 

Ce que j’ai aimé

Tout d’abord, ça a été un réel plaisir pour moi de découvrir comment se déroulait la vie de nos grands parents au début du 20 ème siècle. Découvrir que malgré le fait que les femmes à cette époque se mariaient très jeunes , elles étaient encadrées par leurs coépouses plus âgées m’a vraiment fait chaud au cœur. La vie parsemée d’embûches  notamment l’infertilité temporaire de Sarah m’a beaucoup touchée  et m’a également apprise qu’il faut parfois faire des sacrifices pour le bonheur de ceux qu’on aime.A travers ce roman , j’ai également pu comprendre que la bonne tenue d’un foyer dépend en grande partie de la femme.

 

Mes passages préférés

Une femme n’a pas besoin d’être intelligente comme un homme, il lui suffit d’être pleinement femme pour qu’aucun homme ne lui arrive à la cheville….

 

 

Sors le porc-épic fumé que nous avons gardé dans le grenier, va me chercher le gateau de courge que nous avons mis de côté, apporte-moi des épis de maïs frais,mon fils a toujours aimé le maïs grillé sur les cendres.Dommage que ce ne soit pas la saison des safous, il adore les safous….

Pourquoi aucun espoir? Il y’a toujours de l’espoir ma fille, quelque fois la nature a pitié de nous….

 

Et vous? connaissez vous ce roman ? N’hésitez pas à me recommander en commentaires les romans africains que vous avez lus et aimés.

4 Comments

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *