Afro-culture,  Roman

Le Crépuscule des âmes sœurs – Bakwa Book

Depuis que j’ai commencé à être régulière dans la lecture , c’est le premier ouvrage de type nouvelles  que j’ai eu l’occasion de lire. Le Crépuscule des âmes sœurs est un ouvrage bilingue écrit par un collectif d’écrivains  camerounais en herbe lors d’un atelier de création littéraire sous la supervision de  Bakwa Books, une maison d’édition indépendante de fiction littéraire, de création et de traduction basé au Cameroun. Sa version anglaise “Your Feet will lead you where your heart is”  obtenue lors d’un atelier de traduction littéraire se trouve à l’arrière du bouquin.

 

Résume

Dans l’ensemble, ces nouvelles, appréhendées à travers le prisme de l’empathie, forment un kaléidoscope de réalités et d’expériences qui, enfin de compte, nous dépeignent tous comme des êtres en quête de paix , d’amour et d’un sentiment d’appartenance. Cet ouvrage pour nous , est une goutte d’eau dans l’océan , mais aussi une bouteille jetée dans une mer agitée dans l’espoir que le message parviendra a autrui…

Mon avis

Ce n’est qu’a la fin de la première histoire que je me suis aperçue qu’il s’agissait d’un recueil de nouvelles. Disons que je n’avais pas pris la peine de lire l’introduction pourtant elle regorge d’informations qui m’a permises d’apprécier encore plus les histoires relatées dans l’ouvrage.  Dans cette partie , les éditeurs partagent avec les lecteurs les conditions dans lesquelles les auteurs se trouvaient lors de la rédaction de ce livre. Ils n’hésitent pas également  à soulever le débat de la diversité et de traduction au sein de l’univers littéraire camerounais. J’ai beaucoup apprécié qu’ils aient émis l’idée d’une traduction future des classiques littéraires Camerounais en <<Camfranglais>>(C’est un argot camerounais à base de français, d’anglais et de langues camerounaises. ) en espérant que cela se concrétise très bientôt.

Par la suite , nous avons droit à dix nouvelles relatant des histoires fictives entre Yaoundé et les États-Unis en passant par Buea. C’est vraiment agréable de découvrir sans ambiguïté que les nouvelles possèdent un même thème principal malgré qu’elles soient abordées différemment. Elles sont toutes centrées sur le fait qu’il existerait des personnes dont leur destin serait lié.  Les auteurs abordent au travers des histoires populaires qui se déroulent  au Cameroun, le lien fort qui peut exister entre deux personnes au point où le bonheur de l’un dépendra de celui de l’autre et ceci indépendamment de la nature de la relation qu’ils ont. C’est ainsi qu’on retrouve dans le livre des âmes sœurs avec différents profils parmi lesquels :  un sorcier et son <<totem>> , un frère et sa sœur , un domestique et son patron , deux cousines , un couple amoureux , un agent nettoyant et un gardien de pénitencier…etc.

La situation géographique des nouvelles , le style d’écriture  et même le langage  assez familier, facilitaient le transfert d’émotions et me  donnaient vraiment l’impression d’être présente au moment des faits. Ma nouvelle préférée est “Le choix de vivre” qui relate l’histoire d’une jeune fille qui veut se donner la mort mais qui sera sauvé par sa cousine qui elle aussi plus tard , aura également besoin d’aide. J’ai aimé la démarche entreprise par l’auteur pour nous montrer comment la fille guérira de ses mauvaises pulsions mais aussi comment à son tour elle devient redevable envers sa cousine qui l’a sauvé.

Par contre , je n’ai pas  apprécié la première nouvelle  car son personnage principal est vraiment hors du commun et surprenant à la fois mais aussi la cinquième nouvelle qui avait pour titre ” la folle journée” . Pour cette dernière, je trouve qu’elle ne fournit pas assez d’informations et mériterait  d’être un peu plus approfondie.

 

Un commentaire

  • Nelson Kamkuimo

    Apparemment vous n’aimez pas la créativité de haut niveau! Je le dis par rapport à votre impression sur la première nouvelle du recueil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *